Comparer rachat de crédit : Sharepay est parti


⭐⭐⭐⭐⭐ 4.7/5
Remplissez le formulaire ci-dessus pour effectuer votre demande gratuite sans engagement.
Chaque jour, plus de 100 personnes effectuent une demande de rachat de crédit sur notre site avec un taux d'acceptation de 80 %. Nous avons une solution pour vous !


Avec l'aimable autorisation de Fintech Sharepay. Née en avril 2014, Linxo, acquise quatre ans plus tard par une autre fintech française, a annoncé le 31 juillet que ses clients mettraient fin à leurs services le 30 septembre.

Il a été fondé par David Finel et Jonas Braoudé et est soutenu par un million d'euros de fonds de Takara Capital et de business angels luxembourgeois. La carte vous permet de partager le paiement en temps réel et constitue donc l'alternative originale au célèbre couple. Lorsque vous payez avec une carte Sharepay, le montant du paiement sera distribué et débité directement sur les deux comptes bancaires sélectionnés. Certains comptes peuvent être connectés à une carte, dans le cadre d'un appartement partagé, par exemple. Techniquement, la banque entrave le processus d'octroi de licence en surveillant réellement les comptes associés.

Modèle coûteux et manque de notoriété

À la fin de 2017, la startup avait déclaré 10 000 utilisateurs, mais n'a pas communiqué avec ces données depuis. La plupart des gains provenaient d'une offre d'abonnement, qui facturait 4,90 $ par mois et par personne. Mais Sharepay, le déficit, ne maintient pas son modèle économique, punissant les modèles d'endettement coûteux sur la carte de crédit.

En outre, le démarrage, en raison du manque de sensibilisation, a finalement échoué à Hello bank! -Profiter du partenariat de distribution annoncé qui constituerait un véritable point de départ. Dans un courriel aux clients, Fintech explique:

"Nous sommes arrivés à la fin d'un cycle. L’expérience Sharepay est basée sur un modèle d’endettement coûteux par carte que nous ne prenons plus en charge. Comme beaucoup de startups, nous sommes engagés dans l'avenir. Nous pensions pouvoir réduire les coûts. Malheureusement, les alternatives ne sont pas encore suffisamment matures pour être mises en œuvre. Nous sommes donc obligés d’interrompre le service. "

Jonas Braoudé, qui est devenu la Direction des paiements de Linxo, a expliqué le problème:

"Payer avec une carte Sharepay supprimera votre paiement de la carte bancaire personnelle du participant. Il est très coûteux d'interdire systématiquement une ou plusieurs cartes car nous payons des frais pour chaque carte sur chaque carte."

Conscient de cela, Sharepay prévoyait de faire évoluer son modèle en initiant le transfert des nouvelles réglementations européennes en matière de paiement (DSP2) vers des comptes d’utilisateurs afin de réduire ses coûts. "Mais l'expérience que nous pouvions offrir n'était pas à la hauteur de l'expérience actuelle de Sharepay.", Regret entrepreneurial.

Le savoir technologique au service de Lynx

Sharepay, qui comptait cinq employés acquis par l’agrégateur de comptes bancaires Linxo, s’appuiera désormais sur le développement d’une carte de paiement signée Linxo. En proposant à Sharepay, un autre Fintech parisien ayant passé un contrat de paiement a lancé un modèle néo-bancaire. Venta s’appuiera sur les connaissances de Sharepay pour développer un compte de paiement protégé par une carte de crédit. Il sera lancé au début de l'année prochaine.

Avec 2,5 millions d'utilisateurs, Linxo souhaite fournir une fonctionnalité de démarrage du paiement en temps réel, permettant à l'utilisateur d'effectuer un transfert en temps réel à partir de l'application Linxo. Linxo est fou. Pour développer son offre, Fintech aura également une offre commune avec Xpollens, Natixis Payments (BPCE) et Visa. Finiech Treezor, propriété de Société Générale, fournit des briques de services bancaires.

___

BOX

Fintech Marie Quantier met également la clé sous la porte

Sharepay n'est pas le seul tricolore Fintech à avoir rencontré des difficultés financières cet été. Marie Quantier, pionnière française de la gestion de patrimoine, dont la première ligne de code a été écrite en 2013, a cessé ses activités. Q-Hedge Technologies est sorti fin juillet. Cette percée, une start-up comptant une quinzaine de personnes, a récemment pris le tour de B2B2C de devenir un consultant de référence en matière de gestion de patrimoine.







http://www.bing.com/news/apiclick.aspx?ref=FexRss&aid=&tid=C37FF8ACBEC7454BA74EC7C6701C64DE&url=https%3A%2F%2Fwww.latribune.fr%2Fentreprises-finance%2Fbanques-finance%2Ffintech-sharepay-disparait-au-profit-des-ambitions-de-linxo-dans-les-paiements-825536.html&c=12622509786499127305&mkt=fr-fr”

Comparer rachat de crédit : Sharepay est parti
4.9 (98%) 32 votes