Etude en ligne rachat de crédit : Presse concentration ou pas


⭐⭐⭐⭐⭐ 4.7/5
Remplissez le formulaire ci-dessus pour effectuer votre demande gratuite sans engagement.
Chaque jour, plus de 100 personnes effectuent une demande de rachat de crédit sur notre site avec un taux d'acceptation de 80 %. Nous avons une solution pour vous !


Les problèmes financiers de Groupe Capitales Médias (GCM) découlent des craintes d'une concentration accrue de la presse ou de la disparition de six journaux régionaux, ainsi que de l'effet domino sur l'ensemble de l'écosystème médiatique québécois.

À la suite du soutien d'urgence de 5 millions de dollars accordé par le Québec au MCG, la reprise de ces journaux par le Québec a continué de réagir à la scène politique et des réactions mitigées des médias ont été déclenchées par des experts des médias.

"Je ne pense pas que ce soit une bonne idée", a déclaré Pier-André Bouchard St-Amant, professeur en administration des écoles publiques (ENAP). L'économiste craint qu'un seul propriétaire d'une série de journaux régionaux ne mette en péril la diversité des informations.

Colette Brin Directrice du Centre d'études sur les médias Directrice, Université Laval. "Dans plusieurs villes, Quebecor et Radio-Canada sont les deux principales sources d'information. Il a toutefois souligné qu'il existait une" solution parfaite "à la crise et que l'acquisition de multinationales profiterait aux publications de GCM.

Au Québec, les partis libéraux, le Parti québécois et Québec solidaire ont déjà exprimé leur crainte d'une plus grande concentration de la presse.

"Il peut être préférable que certains médias soient concentrés, pour ceux qui peuvent représenter le terme" concentration "sans aucun média", a-t-il déclaré dans une interview. devoir Pierre Karl Péladeau.

En ce qui concerne l'indépendance du journalisme, le directeur général du Québec est rassurant: les journalistes de son groupe effectuent leur travail de manière indépendante, comme le promet la convention collective. "L'indépendance des journalistes est très importante, à l'instar des chroniqueurs."

L'offre a été rejetée

Quebecor a soumis une offre d'achat de six journaux de GCM la semaine dernière, qui a été rejetée par le Québec. Au lieu d'accepter la proposition "raisonnable" présentée par le géant des télécommunications, le gouvernement Legault a choisi "une autre voie" vers "la justice", a déploré M. Péladeau.

"Nous ne savons pas si un acheteur ou une offre aussi attrayante conclura que la liquidation de la société pourrait être meilleure", a-t-il déclaré.

Le tribunal de la faillite a appelé lundi le GCM à demander la protection du tribunal contre ses créanciers. Ne ferme pas les journaux Le soleil et Droit, Le gouvernement Legault a consenti un prêt à Investissement Québec. Cela permettra au MCG de continuer "pleinement" jusqu'à la fin de l'année, a déclaré le ministre de l'Economie, Pierre Fitzgibbon.

Pierre Karl Péladeau est mécontent quand il lui demande s'il a fermé la porte pour le futur achat de GCM. "Quand vous allez au tribunal", "il y a beaucoup d'étrangers", dit-il. Cependant, Quebecor est la "seule équipe du Québec" capable de réaliser des économies d'échelle pour assurer la pérennité des journaux de GCM.

À risque

Les Québécois qui utilisent le MCG pourraient nuire aux autres intervenants de l'industrie des médias. Comme Quebecor a sa propre agence de presse (agence QMI), il s’agit probablement d’un abonnement de six jours à la Presse Canadienne (CP), une filiale de Presse québécoise. Cela a été confirmé par M. Péladeau. "Nous ne devrions pas, je ne vais pas raconter une histoire."

Pierre Saint-Arnaud, journaliste de longue date, s’est inquiété lundi de l’incident et de la mort de son employeur. "Supprimer l'ordinateur de l'équation et de l'écosystème d'informations qui souffrira terriblement est TOUT, car nos abonnés, parce que leurs ressources sont épuisées depuis des années, devront rediriger leurs propres ressources. Nous le faisons pour eux", a-t-il écrit sur Facebook.

La Canadian Media Guild, un syndicat de plus de 5 000 médias, dont le CP, rapporte le syndicat.

des solutions

Les problèmes économiques auxquels le secteur de la presse est confronté (en particulier avec la baisse des revenus publicitaires de Google et Facebook) se dirigent vers quelque chose, comme le voit Pier-André Bouchard St-Amant, ENAP, l'ENAP examine de près le potentiel de ces plateformes. "Il y avait beaucoup de concentration et nous sommes passés à des effets dominos qui ne devraient pas être observés dans une industrie en meilleure santé."

Entre 2012 et 2017, les journaux ont perdu 53% de leurs revenus publicitaires, selon un rapport publié par le Center for Learning Studies il y a quelques jours. Dans le même temps, les «plates-formes médiatiques non numériques» ont augmenté leur volume de publicité de 122%.

"Les journaux ne trouvent pas le moyen de passer à travers cet automne", a déclaré Colette Brin, membre de l'Université Laval. Les meilleurs sont ceux qui sont prêts à perdre de l'argent ou qui ont un lecteur global. "

Pier-André Bouchard St-Amante propose de recueillir des fonds pour le "capital patient". L'idée serait d'instaurer un climat de confiance là où les investisseurs privés et les États, par exemple, injecteraient de l'argent. L'argent recueilli, une partie des revenus générés pourrait être versée aux médias.

"Nous pourrions aussi encourager les gens à gagner de l'argent avec des crédits d'impôt, comme c'est le cas avec le Fonds de solidarité FTQ", a déclaré la professeure St-Amant. Ce peut être des journalistes qui jettent de l’argent sur les médias pour assurer l’indépendance de la presse.

La FTQ du Fonds de solidarité mardi n’excluait pas le rôle de relancer les journaux de GCM.

Pour sa part, CSN, qui représente la majorité des travailleurs de l'information de GCM, a suggéré que les employés de journaux soient cooptés et deviennent actionnaires, en partenariat avec des investisseurs potentiels.

Obligation pour sa part, il a amené une autre alliance Le soleil Québec, mais il était trop tôt pour définir les détails et les résultats.

Également publié par GCM Droit À Gatineau Le quotidien À Saguenay Nouvelliste Trois-Rivières, Tribune Sherbrooke et Eastern Voice À Granby.







http://www.bing.com/news/apiclick.aspx?ref=FexRss&aid=&tid=80CAF7E08D654678B04371879209EFA5&url=https%3A%2F%2Fwww.ledevoir.com%2Fsociete%2F560994%2Fmedias-un-ecosysteme-en-peril&c=7829315370546222845&mkt=fr-fr”

Etude en ligne rachat de crédit : Presse concentration ou pas
4.9 (98%) 32 votes